2

Une fois qu’on a dit cela, on a tous les ‘démocrates’ qui nous accusent d’Anarchiste au sens péjoratif du terme surtout en France. Mais oui je l’affirme si on regarde la définition d’un gouvernement démocratique on constate que c’est une idéologie, une utopie limite… En effet le séparations des pouvoirs n’existe pas vraiment. Et d’ailleurs si elle existait, es ce que le pays serait gouvernable ? Rien n’est moins sur.
Les exemples en France prouvant que la séparation des pouvoirs n’existe pas vraiment ne manque pas :
– on ne parle pas du pouvoir judiciaire mais d’autorité judiciaire
– certaine affaire politico-judiciaire on montré que les politiques ont la main mise sur le pourvoir judiciaire
– le président de la république peu dissoudre l’assemblé nationale
– le président de la république peu gracier
– le dernier référendum sur la constitution européen a démontré que le peuple n’a plus le pouvoir législatif dans ce cas  (loi référendaire qui vote la loi : ce pouvoir est même qualifié de pouvoir constituant pour accentuer son importance)
– le président de la République a un droit de véto sur la promulgation des lois
Depuis la modification de la Constitution de 2008, le président peut s’exprimer devant le Parlement réuni en congrès (dans le cas ou le président est aussi le chef de la majorité au sénat et à l’assemblée nationale, on ne peu vraiment plus dire qu’il y ai une séparation des pouvoirs)
– le contre pouvoir des médias est plutôt ceinturé (nomination du président de France télévison et le France Radio par le président de la République, main mise par de gros groupe financier sur la presse. Ces groupes financiers étant représentés par des personnes proches de Nicolas puisqu’ils étaient tous au fouquet’s le soir de l’élection de Sarkozy  (vincent bolloré, Bernard Arnault, Antoine Bernheim, Martin Bouygues, Serge Dassault, Jean-Claude Decaux, Paul Desmarais Sr, Dominique Desseigne, Albert Frère, Alain Minc, Henri Proglio,… ))
– Utilisation du secret défense (à outrance) pour bloqué la justice dans certaines affaires troubles.

Bref si on fait une échelle de la Démocratie, 100% étant l’idéal vers lequel il faut tendre, on se rend bien compte que ces dernières années on a tendance a s’en éloigner. Par contre, on ne peu pas, à ma connaissance cité un état dans lequel on pourrait dire qu’il est totalement démocratique même si la suède semble s’en approcher à bien des égards.

Alors si nous ne sommes pas dans un état démocratique on est dans quel type de régime politique ?
C’est une bonne question pour la quel il est difficile de répondre catégoriquement. Bien sur, on a système qui tend vers la démocratie mais pas seulement je dirais. On peu aussi y trouver une tendance à l’Aristocratie avec par exemple le système des 500 signatures pour pouvoir se présenter à l’élection présidentielle. On peu aussi y voir du Népotisme avec le renouvellement de notre classe politique de grand ligné familiale ( Bachelot, Aubry/Delors, Debré, Kosciusko-Morizet, Mitterrand, Dassault, Giscard d’Estaing, voir Sarkozy avec son fils). Vous me direz on retrouve aussi ce phénomène dans le cinéma où l’on est acteur de génération en génération. De plus, vous me direz que le fait qu’ils appartiennent à la même famille ne les empêche pas d’être compétents et que la plus part on été élus. Oui c’est vrai mais le faite d’avoir un nom connu aide beaucoup dans une élection.
Notre système est une Phallocratie incontestable avec une écrasante majorité d’homme pour nous représenter.
C’est aussi une Gérontocratie, où une classe d’age a pris les reines du pouvoir et ne les lâche plus jusqu’à leur mort. Alors bien sur on a quelques cas qui sortent du lot mais il ne faut pas oublié qu’ils ont été coopté par les vieux.
Ces dernières années on peu aussi parlé de Ploutocratie avec les liens incontestables entre le président et les plus riches du pays ou les plus influents. D’ailleurs la liste des invités au repas au Fouquet’s le soir de son élection acquièse mes dires.
Personnellement j’y vois aussi une certaine Oligarchie, de toute manière qu’elle société n’a pas ca part d’oligarchie à part dans le monde des bisounours ?
Ce n’est pas terminé nous sommes aussi une Particratie car sans parti politique est est totalement impossible de faire de la politique en France. C’est donc aussi une Réseaucratie. L’exemple le plus flagrant étant que le résultat des élections présidentielles qui est connu par les partis avant le peuple et même avant que tous les bureaux de vote soient fermés.
Et pour finir n’oublions que nous sommes indéniablement une République puisque nous n’avons plus de roi ou d’empereur.

Voila il n’est pas juste de qualifié la France comme simplement une République Démocratique (sauf si on pense être au pays de candy). Il serait bien plus juste de qualifié notre pays comme une République à tendance Démocratique avec un soupçon d’Aristocratie, couplé au Népotisme à dominance Plallocratique, Gérontocratique Ploutocratique, Particratique et donc Réseaucratique élisant ces représentants au Suffrage Universel au sein d’une certaine Oligarchie ! Là on a bien définie ce qu’es notre pays

Après cela, il y a du sens a ce poser la question si dans le pays des droits de l’Homme (comme on aime bien s’autoproclamer) les termes « liberté, égalité, fraternité » ont encore du sens dans notre société actuelle.

Quelques définitions :

– Arnarchisme : courant de philosophie politique développé depuis le XIXe siècle sur un ensemble de théories et pratiques anti-autoritaires. Fondé sur la négation du principe d’autorité dans l’organisation sociale et le refus de toutes contraintes découlant des institutions basées sur ce principe, l’anarchisme a pour but de développer une société sans domination, où les individus coopèrent librement dans une dynamique d’autogestion. Le terme « anarchie » est utilisé systématiquement par les pouvoirs pour indiquer une situation politique qu’ils ne maîtrisent pas (et qu’ils désireraient maîtriser), où leur pouvoir politique est en difficulté (le bon terme est l’anomie, c’est donc un abus de langage des hommes politiques).
– Démocratie : (du grec ancien dēmokratía, « souveraineté du peuple », dêmos, « peuple » et krátos, « pouvoir », « souveraineté ») . On résume souvent ce corpus à la formule : « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple », qui a été introduite dans la constitution de 1958 de la Cinquième République française. La démocratie est caractérisé par la séparation des pouvoirs (législative, exécutif, judiciaire). Dans nos démocraties contemporaines il faut rajouter la notions de contre pouvoir (média) qui doit être libre et indépendant.

– Aristocratie : (en grec : gouvernement des meilleurs) est fondée sur le mérite, l’éducation ; la noblesse et l’héritage de celui-ci (naissance) soit l’aristocratie héréditaire. C’est une forme de gouvernement dans laquelle le pouvoir est officiellement détenu par une élite (parfois par une caste, une classe, une famille, ou bien une élite intellectuelle)

– Népotisme : (emprunt à l’italien nepotismo, de nipote, « neveu ») En politique, le népotisme est caractérisé par les faveurs qu’un homme ou une femme au pouvoir montre envers ses parents ou amis, sans considération du mérite ou de l’équité, de leurs aptitudes ou capacités.

– Phallocratie : (du grec phallos , « pénis en érection » et cratos « pouvoir ») désigne chez les féministes la domination sociale, culturelle et symbolique exercée par les hommes sur les femmes.

– Gérontocratie : désigne un régime politique où le pouvoir est exercé par les personnes les plus âgées de la société car jugées plus sages : les gérontes.

-Ploutocratie : (du grec ploutos : richesse ; kratos : pouvoir) consiste en un système de gouvernement où l’argent constitue la base principale du pouvoir. D’un point de vue social, cette concentration du pouvoir dans les mains d’une classe sociale s’accompagne de fortes inégalités et d’une faible mobilité sociale.

– Oligarchie : (du grec oligos « peu nombreux » et arkhê « commandement ») – est une forme de gouvernement par une classe dominante peu nombreuse qui s’est cooptée elle-même selon des critères mal définis. On y retrouve généralement des familles dominantes, pour qui la position politique est un élément de patrimoine transmis aux enfants, dont l’éducation est organisée dans cette perspective. On peut y trouver, ou non, des systèmes de caste.

– Particratie : Le terme particratie ou partitocratie désigne, le plus souvent avec une connotation négative en français, en italien (partitocrazia) et en espagnol (partidocracia), un système politique au sein duquel le pouvoir serait exclusivement détenu par des partis politiques. La plupart des régimes parlementaires démocratiques sont considérés par leurs détracteurs comme des particraties.

– Réseaucratie : Est qualifié de réseaucratie un système d’organisation sociale dans lequel des personnes disposent d’un réseau social leur permettant de bénéficier d’un accès privilégié à des informations ou à des passe-droits.

– République : Une république est une forme de gouvernement qui n’est pas héréditaire, dans laquelle les gouvernants ont (ou prétendent avoir) un mandat du peuple, via l’élection, ou d’une partie de celui-ci.

les définitions sont reprises de wikipédia

  1. angelzeke dit :

    Juste rebondir sur la question « y a t il de nos jours une vraie démocratie? ».
    Il faut savoir que depuis 2007 l’Estonie a ouvert le droit de vote pour les députés par internet, et dans la mesure ou cette réforme a plutot bien fonctionner, il envisageait de l’ouvrir à l’assemblé.
    Le peuple qui vote ces propres lois, n’est pas l’essence même d’une démocratie.

    Je me rappel qu’a l’époque, nos chères dirigeants avaient été interrogé par rapport à cette réforme, et il avait répondu, « nous n’avons rien a apprendre d’une jeune démocratie »
    que l’on pourrait traduire, ne touchez pas à nos acquis tandis qu’eux marche allègrement sur les notres!

  2. […] y a 2 ans je poussais un coup de gueule sur le fait de la France n’est pas un pays démocratique. petite gueulante qui malheureusement est passé sans interpeller grand monde. C’est assez […]