6

Pour mon premier koogueule, je voulais frapper large, je vous averti tout de suite, les administrateurs de ce site ne garantissent pas des articles avec une orthographe parfaite,sans faute car c’est précisément le motif de mon koogueule. Il y en a marre de tous ces gens qui se vantent d’être doué en orthographe, de maitriser la langue de Molière. De quel droit se permettent ils d’affirmer que l’on ne peut pas réussir dans la vie si on fait des fautes à chaque phrase. Prenez une star, elle gagne bien plus d’argent que n’importe quel littéraire. Alors arrêtez de prendre un ère supérieur quand vous trouvez une faute, certes je reconnais, les miennes sont généralement très visible, c’est pas « où est charlie? ».

Nous n’avons pas tous la chance d’avoir un don inné en grammaire et conjugaison, fort heureusement nous avons d’autres facultés, en mathématique, en langues, en développement et bien d’autres domaines moins visibles au premier abord mais pour autant tout aussi intéressant.

Alors je le dis fièrement je suis mauvais en Français et je l’assume pour autant je gagne bien mieux ma vie que mes professeurs de français qui ont peiné à corriger mes copies. Il y a des évidences qui ne le sont pas pour certains, alors avant de vous offusquer parce que vous trouvez une grossière faute de quelqu’un, posez vous la question de savoir si cette personne n’est pas bien meilleure que vous dans d’autres domaines.

  1. jc dit :

    beau plaidoyer mais permettez-moi quelques petites remarques.

    Nos sociétés actuelles nous imposent une dictature du « mauvais en orthographe », au point que les « bons » en orthographe se sentent légèrement spoliés. je m’explique :

    – qui est pris pour des arriérés à l’époque du langage SMS ? c’est le monde à l’envers, la plupart des courriers et mails deviennent limite incompréhensibles
    – quid des auto-dictées à l’école ?
    – nombre de journalistes sont mauvais en orthographe, alors que c’est la base de leur métier ! comme si c’était monnaie courante de devenir informaticien si on était nul en logique, ou de montrer de grosses lacunes à un vaste public, exemple du foot…
    – bon nombre d’erreurs se corrigent facilement grâce aux correcteurs automatiques.
    – trop de gens font de grossières erreurs de grammaire, comme des erreurs d’accord (grand »s »-mères, jaunes d’œuf »s » sur M6…). l’intelligence serait de se poser les bonnes questions de circonstance : est-ce que l’on dit « ma grande-mère » ?
    – quand je ne connais pas bien un mot je regarde dans le dico ou sur wikipedia, ça me prend quelques secondes. c’est du respect envers mes lecteurs.
    – faire trop de fautes passe mal (auprès des recruteurs etc…) parce que bourrer son texte de fautes c’est démontrer que l’on n’est pas cultivé (lisez…), que l’on communique mal et que l’on n’a pas compris ce que l’on écrit, du moins qu’on ne cherche pas à se corriger.

    à bon entendeur

  2. jc dit :

    je rajouterai que des dons en math n’interdisent pas de maîtriser la langue de Molière, et qu’il ne faut pas être forcément 1er de la classe.

    La condition principale est de s’intéresser à ce que l’on fait. votre métier vous l’avez appris ? et bien l’orthographe et la lecture c’est la même chose.

  3. rudegreg dit :

    bonjour JC,
    On ne peu qu’être en accord avec tes propos. Je suis d’ailleurs le premier étonné de voir de plus plus en plus de fautes d’orthographe chez les jeunes alors que je suis une catastrophe de la plume.

    J’ai le sentiment que c’est très Français. Je m’explique, quand je parle anglais avec un anglais. Mon interlocuteur ne me reprend jamais (alors qu’il a du mal a me comprendre desfois). J’ai posé la question a un australien et a une hollandaise. Les 2 t’expliquent que c’est déjà bien de tenter de parler avec eux et qu’il ne veulent pas te vexer en te reprenant. C’est même limite dommage car on progresse plus en ressortant les mêmes erreurs a chaque fois.
    Ensuite il m’est arrivé de parler en français avec des hollandais au sein d’un groupe de français. Les 2 hollandais parlaient super bien le français mais faisait des petites fautes sur les féminins / masculins. Le groupe de Français, (pensant bien faire) les corrigeaient.
    Es ce qu’on ne les vexe pas a les reprendre ces étrangers qui font l’effort de nous parler en Français ?… J’ai posé la question. Mais le politiquement correct oblige a répondre non de toute façon.

    Pour en revenir à nos moutons, c’est sur que pour faire un métier d’écriture, mieux faut savoir écrire. Ca tombe bien on a pas choisi cette filière, conscient de nos lacunes.
    Si on fait un métier ou l’écriture est juste un support de transmission de l’information. Que ce soit écrire sans faute ou pas c’est pas trop important si le message est bien transmit. En tous cas moi quand je vois une faute (c’est rare mais ca arrive) je ne suis pas choqué plus que ça (conscient d’en faire des pires).

    Pour finir, nos métiers on les a appris en grande partie en autodidacte.
    Pour angelzeke je sais pas, mais me concernant je suis un peu dyslexique léger (détecté au CP, CE1). Pour moi, l’orthographe est beaucoup trop illogique, mon cerveau corrige, remplace, mixe, rajoute des mots lors de mes relectures. Faire un texte sans fautes est presque possible pour moi mais me demande un gros effort et un temps fou.
    Étant pragmatique je revendique le droit de faire des fautes mais de ne pas perdre de temps sur ce point.
    Je sais que mon cerveau bloque que l’écriture mais je sais qu’a côté de cela j’ai des facilités dans d’autre domaine. On reconnait aux sourds ou aux aveugles qu’ils ont la capacité de développer d’autre sens. Je l’affirme un dyslexique compense aussi son handicap en développant d’autres facultés (à méditer pour les recruteurs).

    En tous cas si un correcteur veut devenir un koogueulard c’est avec plaisirs.

  4. angelzeke dit :

    Bonjour JC, je partage aussi ton point de vue mais pour ma part le contenu reste plus important que le contenant. Tu prend l’exemple d’une émission que j’aime bien qui s’appel « j’irais dormir chez vous » où le mec part à la rencontre de gens dans le but de dormir chez eux, concept intéressant d’autant qu’il se retrouve parfois avec des gens dont il ne parle pas la même langue et pourtant il arrive tout de même à se faire comprendre, ce qui tend à dire, que l’important dans un message n’est pas forcément la manière de l’écrire ou de le dire mais bien le message lui même.

    Pour ma part il s’agit plus d’un manque de temps et de la fainéantise, oui je l’avoue… Alors si un koogueulard souhaite passer une couche de cosmétique au niveau orthographe, cela sera avec plaisir et il sera le bienvenu.

  5. NAlec dit :

    Cher JC,

    Je me permets de réagir à ton mail, en reprenant chacune de tes remarques dans l’ordre. Pardonne moi par avance mes fautes d’orthographe, ce n’est pas mon fort.

    – Qui est pris pour des arriérés
    -> je ne pense pas qu’il existe une discrimination par les « bon en orthographe ». C’est l’hôpital qui se moque de la charité. Mais c’est vrai que parmi ceux qui sont bon en orthographe, ceux qui s’en servent pour dévaloriser les mauvais sont pointés du doigt. C’est différent.
    – Les courriers sont incompréhensibles.
    -> Peut être certains, certainement pas la plupart. Et ceux qui sont incompréhensibles sont généralement privés.
    – Quid des auto dictées ?
    -> C’est pourtant bien écrit, mais je ne comprends pas ce que tu veux dire… 😉
    – Les journalistes mauvais en orthographe
    -> Pour autant, cela ne m’a jamais empêché de comprendre leur propos…C’est vrai qu’ils font de plus en plus de fautes, mais cela n’enlève rien à la qualité de leur travail, il me semble. Comme toi, cela me « frappe » (quoi que toi, j’ai l’impression que ça te choque, voir que c’est une insulte), je le juges mais bien vite je me tempère et me concentre sur la forme.
    – les correcteurs orthographiques
    Malheureusement ceux-ci sont mal utilisés, par exemple ils mélangent anglais et français. Ils ne corrigent pas tout, loin de là. J’en ai fait la cruelle expérience. Parfois ils sont mis à jour par erreur, etc.
    – Les grossières erreurs grammaire, et le bon sens des gens.
    -> C’est vrai je l’ai constaté aussi. Et pourtant je ne les condamne pas. Mais cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas de bon sens. C’est qu’ils ne l’utilisent pas ou qu’on ne le leur a pas appris. Et ce n’est pas forcément par paresse…
    – Le fameux « respect envers les lecteurs ».
    -> Il faudrait m’expliquer en quoi cela constitue un manque de respect. Les gens qui font des faute d’orthographe ne sont pas paresseux, en général. Peut être certains le sont, mais à la marge. Ils n’ont aucune intention de manquer de respect. Je t’assure.
    – faire trop de fautes passe mal
    -> C’est vrai, tu l’avoues, il y a une discrimination par l’orthographe. Je pense que c’est une erreur.
    – Faire des fautes c’est ne pas être cultivé (lisez)
    -> Je passe 100% de mon temps devant un ordi, je ne fais que lire et je fais des fautes. Je lis de l’anglais et du français, des articles scientifiques, de presse, wikipedia, des présentations et des mails. Tu vas me dire ça ne vaut pas un bon roman. Je te rétorquerais que j’ai une certaine culture que beaucoup n’ont pas, que j’ai acquise en partie en lisant et que pour autant je fais des fautes. Les livres/romans ne sont qu’une fraction de la culture: musique, théâtre, peinture, sport, religion, télévision, internet, les sciences, j’en passe et des meilleures. Ne simplifions pas la réalité, l’orthographe n’a rien à voir avec la culture.
    – Que l’on communique mal
    -> Si tu n’étais pas obsédé par l’orthographe, tu te rendrais compte que tu comprends en fait bien plus de choses que ce que tu crois, et tu gagnerais pas mal de temps.
    – Que l’on a pas compris ce qu’on écrit
    « Je vais demander à mes ami ce qu’ils en pensent »: Explique moi ce que je n’ai pas compris quand j’écris cela ? Il y a parfois des ambiguïtés, mais c’est rare. Il y a beaucoup de redondances dans l’orthographe et la grammaire. Justement pour contre balancer les fautes d’orthographe.
    – Du moins qu’on ne cherche pas à se corriger
    -> là encore, une fausse généralité.

    Bref, on se demande pourquoi tu commences ton poste par « beau plaidoyer ». En fait tu n’es pas du tout d’accord. T’es tu relu ?

  6. Elry dit :

    Alors on est en plein dans mon sujet de prédilection, j’ai fait une licence en science du langage. Et la première année ne sert qu’a faire la lumière sur un fait incontournable et très gênant pour les linguistes « l’écrit à pris bien trop d’importance face a l’oral ». Cela cause des problèmes a tout les niveaux, au fil des siècles l’homme a perdu de vue que l’écrit n’est rien de plus qu’un système servant a retranscrire l’oral. La vrai « langue » l’objet d’étude du linguiste, c’est la langue parlée.
    Une fois que l’on a compris cela, on peut commencer a se poser les vrais questions et comprendre pourquoi l’orthographe cause autant de soucis en France.

    Par exemple, l’oublie des « s » à la fin des noms au pluriels à l’écrit. C’est une des fautes les plus couramment critiqués par les adeptes de l’orthographe irréprochable. Pourtant, c’est le phonème « é » dans l’article juste avant le nom qui indique le pluriel (et non pas le « s » que l’on entend même pas à l’oral XD ou seulement lors des liaisons qui sont justement faites le plus souvent en l’absence du pronom pluriels). La langue n’aime pas le redondance d’information, beaucoup « d’erreurs d’orthographes » ne sont pas des erreurs si la phrase est lu à haute voie.

    autre exemple: ils reprennent le cours de Français (bien orthographié)
    il reprenne le cour de français (mal orthographié, la prononciation est exactement la même, car la forme verbal « reprennent » suffit à signifier le pluriel )

    Malheureusement, nous n’avons pas tous la même relation avec la langue écrite (et orale), certains on appris à lire en reconnaissant l’orthographe des mots (se constituant une gigantesque base de donnée XD), d’autres en déchiffrant les phonèmes(sons), et encore d’autres avec un mixte des deux méthodes. On rajoute à cela le fait que certains ont plus une mémoire visuelle et d’autres plus auditive, et de grandes disparités se créées au seins de la population. Car le Francais est pour le rappeler une langue qui a été fixé arbitrairement par une poignée de gens et en défit de toute logique et dont le seul but était de paraitre pédant (et ça commence à faire un moment même si l’académie française continue ses mise à jour sur la même lancé que leurs prédécesseurs (très critiqué dans le milieu des linguistes)…).

    Je fais partie de ses gens pour qui fournir un texte avec peu de fautes d’orthographes demande énormément de temps et d’effort. Cela ne m’a pas empêché d’être major de ma promo en atelier d’écriture et de briller tout au long de mon cursus grâce à des devoirs originaux tant par la forme que sur le fond, tout en bénéficiant d’un large vocabulaire ( mal orthographié mais à la sonorité très bien mémorisé 🙂 , les professeurs en science du langage étant conscient du caractère pédant et parfois illogique de la langue française ).

    Après, certes, il faut s’adapter et être conscient que dans certaines situations « notamment professionnelles et officielles », il faut faire tout se que l’on peut pour réduire aux maximums les fautes pour être pris aux sérieux (tant qu’une reforme de l’orthographe ne voit pas le jour il n’y a pas le choix, et on est loin d’en voir arriver une…) mais dans le milieu du divertissement, par exemple sur des forums, chats ou blog qu’on me reprennent pour des petites fautes d’orthographes qui ne gène pas la compréhension, cela me met hors de moi !!!

    Car après avoir fait un petit peu de sociologie, j’ai appris que ces gens ne sont en réalité que des charpie à l’affut de la moindre fautes d’orthographe a corrigé pour avoir un « PLUS » social (souvent avec des problèmes de confiance en soi…). Oui en socio on apprend que les situations de communication peuvent se traduire par se simple fait « je montre mes +, je cache mes -« . Les plus (+) sont tout simplement les informations sur sa personne que l’on pense que la société approuve, les moins(-) c’est l’inverse. Cette caractéristique est tellement vrai, qu’elle explique très simplement pourquoi les gens ne répondent jamais vraiment aux questions qu’on leurs posent sans que cela ne choque personne. Les exemples sont tellement innombrables… toutes communications…
    Mais pour comprendre, la situation de l’interview est intéressante car seul la personne interviewer fait part de ses + et – social c’est d’ailleurs pour cela que c’est une situation très stressante.
    EX: journaliste: allez vous régulièrement au cinéma ?
    ex de réponse 1: Euh… cela m’arrive… ma femme et moi-même sommes très friand de l’opéra, nous y allons une fois par semaine.
    ex de réponse 2: Nous avons une carte d’abonnement, on croule sous les cadeaux de fidélité.
    ex de réponse 3: nous ne voulons absolument pas engrosser l’industrie cinématographique actuel ! certainement pas !

    cas 1 et 3 pirouettes pour tenter de masquer un -, cas 2 surenchère d’un +. Dans tout les cas, on ne répond pas vraiment à la question ( a noter qu’il s’agit d’un exemple, pour faire une véritable étude il faut avoir les informations de base sur la personne pour pouvoir définir à quel groupe social elle appartient etc…).
    Donc en corrigeant une fautes, ces gens mettent en valeur ce qu’il pense être un + social « je maitrise mieux notre langue que lui » sans savoir que pour moi (et d’autres) c’est un – ( langue écrite oui peut être mais certainement pas dans sa globalité et tu viens perturber un message en faisant du métalinguistique quand on a pas forcément envie d’en faire, surtout sur des détails et en pensant te mettre en valeur ainsi)

    A bon entendeur et à méditer.

    (désolé pour l’orthographe < je met très souvent ça à la fin de mes posts, et je trouve cela bien suffisant, on fait des efforts pour écrire du mieux qu'on peut, vous pourriez faire des efforts pour vous éloigner un peu de l'orthographe et entendre les sons dans vos petites têtes silencieuses. Si on peut même pas faire preuve de tolérance vise à vise de l'otrhographe mais à propos de quoi arrives-t-on à être tolérants ??? avec toutes ses personnes dyslexiques qui nous entourent en plus…)